fbpx

Zoom sur : le frein buccal restrictif avec Cindy Filippini Lait’ernel

Frein restrictif

La magie des réseaux sociaux fait que nous pouvons désormais découvrir des personnes aux ressources insoupçonnées.
Aujourd’hui, nous recevons Cindy Filippini. Elle est infirmière puéricultrice et consultante en lactation à Aix-en-Provence spécialisée dans le frein buccal restrictif.

Pourriez-vous vous présenter ?

Je suis Cindy Filippini, infirmière puéricultrice depuis bientôt 20 ans. J’ai d’abord exercé aux urgences pédiatriques (Hôpital Necker à Paris) et maintenant je travaille en néonatologie auprès des bébés prématurés (Hôpital d’Aix-en-Provence). Je suis monitrice de portage AFPB depuis 2018, et depuis 1 an1/2,  je suis consultante en lactation IBCLC.

IBCLC est l’acronyme de « International Board Certified Lactation Consultant ». Une consultante en lactation IBCLC est donc une experte en lactation humaine et en allaitement maternel.

Cette certification est un gage de qualité, car les IBCLC ont l’obligation de recycler leur certification tous les 5 et 10 ans afin de pouvoir garder ce titre. C’est pour cela qu’elles doivent se tenir à jour des dernières études et suivre des formations pour pouvoir aider et comprendre les mères qui font appel à elles.

Le frein buccal restrictif, qu’est-ce que c’est ?

Nous avons toutes et tous des freins de bouche, mais chez certaines personnes, il est qualifié de « restrictif » lorsqu’il empêche la mobilité optimale de la langue, de la lèvre ou de la joue. Cela peut restreindre la façon dont bébé tête, mais aussi provoquer des douleurs chez la mère lors de la mise au sein. Il provoque très souvent des tensions qui peuvent se répercuter sur le corps entier du bébé et causer des malpositions.

Il existe des freins restrictifs de lèvre, de langue et de joue. Ils sont classés en 4 types différents (de l’antérieur au postérieur).

Comment repérer le frein buccal chez bébé ?

Souvent, les mères viennent en consultation pour une douleur lors de la mise au sein. Le bébé n’arrive pas à attraper le sein ou bien parce qu’il le relâche après 2-3 succions. La mère peut aussi venir nous consulter car son bébé ne prend pas beaucoup de poids. Ou encore parce qu’elle a des crevasses qu’elle n’arrive pas soigner. On parle beaucoup d’allaitement au sein, mais un bébé allaité au biberon peut lui aussi avoir des freins restrictifs de bouche et ainsi avoir du mal à téter au biberon.

D’autres signes révélateurs d’un frein restrictif sont :
la bouche ouverte pendant le sommeil,
des troubles digestifs (rots, gaz, douleurs, reflux gastrique…),
des tensions musculaires

Quelles sont les conséquences à long terme d’un frein buccal ?

On parle souvent des répercussions sur l’allaitement maternel. Mais il peut y avoir aussi des répercussions sur la diversification alimentaire, sur la prononciation, sur le sommeil, sur le placement des dents dans les mâchoires et enfin sur les maux de dos à l’âge adulte.

Que peuvent faire les parents pour aider les bébés qui auraient des freins restrictifs ?

Si l’un des signes décrits précédemment est détecté, les parents ne doivent pas hésiter à se faire aider et consulter. La consultante est souvent la personne qui découvre le frein. Puis elle va travailler en réseau multidisciplinaire avec un chiropracteur et/ou un ostéopathe, un orthophoniste et le médecin qui va intervenir chirurgicalement sur le(s) frein(s).

On peut entendre parler de la frénectomie, qu’est-ce que c’est ?

La frénectomie est l’intervention qui va permettre de libérer la mobilité de la langue et d’augmenter son amplitude. Cela est fait par une ablation du frein restrictif. Elle doit être réalisée par un médecin spécialisé (ORL, dentiste..) à l’aide d’une paire de ciseaux ou d’un laser.

Quelle différence y a t’il entre une frénectomie et une frénotomie ?

Souvent les 2 termes sont confondus. Mais pour être précis, la « frénotomie » consiste à inciser le frein de langue. La  « frénectomie » est l’ablation complète du frein.

Les deux techniques sont utilisées pour libérer la langue et lui donner plus de mobilité.

Peut-on réaliser une frénectomie plus tard dans la vie de l’enfant voire de l’adulte ?

Plus tôt elle est réalisée et mieux ce sera… et moins il y aura de répercussions. Mais bien entendu, si le frein restrictif est découvert dans l’enfance ou même à l’âge adulte, il est tout à fait possible de pratiquer une frénotomie.

Quels sont les soins post-opératoire ?

Il faut savoir que l’on ne va pas faire la frénectomie directement. On va tenter de diminuer ou d’enlever au maximum les tensions avant la frénectomie afin que le praticien puisse couper au plus loin. Cette action permet d’avoir de meilleurs résultats par la suite.

Après, il n’y a pas vraiment de soins post-opératoire : seulement des exercices à faire, les mêmes avant et après l’intervention. C’est pour cela aussi qu’il est important que le bébé soit préparé avant l’intervention, afin qu’il puisse accepter les exercices après l’intervention.

Il faut toutefois vérifier la bonne cicatrisation du « diamant » . C’est la cicatrice post-frénotomie, en forme de losange. Elle doit être ni trop rapide ni trop lente. Le lait maternel est riche en anti-infectieux et a un pouvoir anti-inflammatoire : il permet une belle cicatrisation.

La Sécurité Sociale et la mutuelle prennent-elles en charge l’intervention de frénotomie ?

Une partie est prise en charge par la sécurité sociale. Certaines mutuelles remboursent également le la totalité ou une partie du reste à charge (tout dépend de votre contrat).  Le prix de la frénectomie pourra être plus important si elle est pratiquée au laser.

Comment contacter Cindy ?

: Lait’ernel

: Laiternel.ibclc.13

: Lait’ernel

Source photo : Ma petite assiette

1 réflexion sur “Zoom sur : le frein buccal restrictif avec Cindy Filippini Lait’ernel”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 5% de réduction